Contact Téléphone09 86 78 79 02

Quantification et études en Europe

2 décembre 2005

RAMOGE ET LES MACRODECHETS (RAMOGE)
En 1986 et 1987, la Commission Ramoge a confié à un groupe de travail spécialement constitué à cet effet, la réalisation d’une étude sur les macrodéchets flottants et échoués sur les plages. En 2000, une étude sur trois zones pilotes de la zone Ramoge a été réalisée dans le cadre de la thèse.

Les échantillonnages ne sont pas assez nombreux pour connaître l’évolution des arrivages de déchets au cours de l’année et pour pouvoir corréler ces arrivages à des événements particuliers. Les résultats des campagnes sur les déchets flottants montrent que les déchets d’origine anthropique sont surtout composés de matières plastiques et que les déchets d’origine naturelle sont surtout des débris végétaux marins. Cette étude n’a pas été poursuivie faute de moyens.  

Dans le cadre de notre doctorat, nous avons intégré le groupe de travail « bassin versant » et proposé la méthode quantitative et qualitative développée dans la thèse pour des macrodéchets flottants et échoués et l’évaluation des modes de gestion sur trois zones pilotes de la zone Ramoge. Les zones étudiées sont les plages de Nice, du Larvotto à Monaco et celles de Lavagna ( Spiagge Libere, Bagni Aldebaran, Bagni Cigno, Riva Levante,) et Sestri Levante (Sestri Ponente, Portobello, Riva Ponente, Riva Levante) en Italie. Il s’agissait de réunir le maximum d’informations sur les zones (géographie, hydrographie, démographie, courantologie, météorologie, zones, périodes et fréquences d’intervention …) et de les corréler avec des informations sur les macrodéchets obtenues auprès des acteurs qui collectent (fiches d’estimation quantitative et qualitative).

L’objectif de cette étude a été de démontrer les possibilités d’utiliser une méthode d’observation commune aux trois pays et qui permette d’aider les acteurs locaux à mieux gérer les macrodéchets. Faisant intervenir les professionnels qui interviennent sur ce milieu (entreprises privées, techniciens municipaux, associations, pêcheurs), les mesures sont quotidiennes et peu coûteuses. Cette étude a permis, à partir de données quantitatives, de dégager des recommandations destinées aux acteurs publics des trois pays mais elle n’a pas encore aboutit à un document finalisé.

A la demande du groupe de travail, nous avons élaboré des fiches pour les cours d’eau, les rivages et les fonds marins. Elles ont été distribuées aux associations et structures organisatrices des opérations de nettoyage dans les trois pays pour le printemps 2000 par l’intermédiaire de la DIREN et de la Région Ligurie. Le but de ces fiches est de recueillir des informations quantitatives et qualitatives sur les déchets collectés et de valoriser le travail réalisé par ces acteurs. Le bilan de cette opération s’avère très positif. Les associations et les services techniques ont renvoyé des fiches avec des informations précises et intéressantes. Côté français, 19 questionnaires ont été envoyés (11 pour les rivières et 8 pour le littoral), 10 ont été renseignés, (5 pour les rivières et 5 pour les rivages) soit plus de 50 % de retour.
 
La DIREN précise que ces questionnaires ont été plutôt bien perçus par les associations concernées :
– « reconnaissance d’un travail fait bénévolement ;
– valorisation d’actions écocitoyennes ;
– élargissement d’indicateurs (données grand public) dans un domaine réservé généralement à des techniciens ;
– sentiment de participer à des actions coordonnées et utiles
» .

Ces données peuvent être utilisées dans le cadre d’un suivi à long terme où d’année en année des nettoyages pourraient être réalisés par une association qui parraine un espace qu’elle a choisi. On pourrait ainsi mesurer l’évolution de la pollution et améliorer les fiches en consultant les personnes qui les remplissent. Pour 2002 – 2003, le groupe de travail chargé des macrodéchets s’intitule « connaissance du milieu marin et côtier, suivi et maîtrise des pollutions telluriques ». La Commission Ramoge souhaite « poursuivre l’expérience concernant le questionnaire sur les macrodéchets, en traitant les données collectées et en améliorant le questionnaire existant » .

D’autres actions sont projetées : « Elaborer des lignes directrices pour la lutte contre les macrodéchets en mer et sur le littoral (si possible en collaboration avec le MED POL) ainsi qu’un plan d’action destiné à aider les pays, à améliorer les aspects institutionnels et techniques de la gestion des détritus côtiers ». Une rencontre a été organisée à Gènes entre des pêcheurs marseillais et des pêcheurs italiens pour un échange d’expérience sur la question des macrodéchets en octobre 2001. Dans les actions en projet, cette opération est suivie de près : « Evaluer l’impact et l’intérêt de l’expérience relative à la rencontrer des pêcheurs de la zone Ramoge qui ont collecté des macrodéchets et, si opportun, renouveler cette initiative ». 

En 2005, la collecte des macrodéchets par les pêcheurs dans les trois pays continue. http://www.ramoge.org/


Mer Terre © 2004-2018 - Agence web : AMBA