Contact Téléphone09 86 78 79 02

Quantifications au niveau international

2 décembre 2005

Dans le cadre de programmes de protection du milieu marin, des organismes internationaux mènent des opérations de mesure quantitative et qualitative des macrodéchets. Plusieurs initiatives voient le jour dont les deux plus importantes:
– Clean up the world repris par le PNUE où 300 000 volontaires dans 88 pays nettoient 17700 m de côtes en septembre 2005
– OSPAR pour l’Atlantique Nord et l’Europe,

CLEAN UP THE WORLD
est né grâce à l’initiative de Ian Kiernan un entrepreneur en bâtiments et yachtman australien. Il participe à la course de voiliers BOC en solitaire autour du monde en 1986. Au cours de son périple, il fut consterné de voir les quantités de déchets qui flottaient sur les océans. Il met sur pied une campagne de nettoyage du port de Sydney de retour en Australie. Le 8 janvier 1989, 40 000 volontaires se présentèrent pour nettoyer les côtes et les plages de la ville. + de 5 000 tonnes de déchets furent enlevées. La création de la journée annuelle de nettoyage de l’Australie a suivi puis de "nettoyer les monde". En effet, ces initiatives ont servis d’exemples pour les Etats-Unis puis pour d’autres pays. Programme des Nations Unies pour l’Environnement et la fondation EGBAR (USA) ont permis son lancement. 

Le nettoyage qui eu lieu le 18 septembre 2004, concerna 300 000 citoyens de 88 pays qui aidèrent au nettoyage de 17 700 m de côtes. Les volontaires retirèrent  4082,3 tonnes de déchets défigurant les côtes à traver le monde. 

http://coastalcleanup.org/welcome.cfm

L’association France Nature Environnement assure l’information et la communication au niveau national. http://www.fne.asso.fr/

Le programme d’évaluation des macrodéchets dans le cadre d’OSPAR

 En 1997, sur l’initiative du groupe de travail « impact » de la Commission OSPAR, un projet international est élaboré pour mettre en place une méthode de quantification et de qualification des macrodéchets sur les plages. Ces mesures sont destinées à évaluer l’efficacité actuelle et future des devoirs de police et de la législation. La Commission est l’organe décisionnel de la Convention. Il s’agit de quantifier les macrodéchets sur deux zones, l’une de 100 mètres, l’autre de 1 km, 4 fois dans l’année. En 2000, l’essentiel des zones d’observation se situe dans la mer du nord. Le comité de pilotage de cette opération encourage les commentaires et observations des parties contractantes d’OSPAR et des observateurs. Il les invite aussi à rejoindre ce projet pour accroître sa couverture géographique et en faciliter les applications à travers l’aire d’application de la convention OSPAR .

Les difficultés rencontrées résident notamment dans le choix des zones d’études : celles-ci devant présenter des caractéristiques comparables . Il paraît difficile, en effet, d’utiliser une même méthode de mesure sur des zones très différentes. En Méditerranée, l’absence de marée et la fréquentation intense influencent l’analyse des résultats. De plus certaines zones comme les côtes de la région Paca présentent un littoral où cette méthodes est difficilement applicablenotamment une côte rocheuse très escarpée entrecoupée de plages ou calanques de longueurs le plus souvent inférieures à 1 km.

Par l’intermédiaire de l’ADEME, la France, participe à ce projet et recherche des zones susceptibles de faire partie de cet observatoire international. Les acteurs locaux qui mettent en place des systèmes de surveillance des macrodéchets sont les interlocuteurs privilégiés de l’ADEME. Cette agence fait ainsi remonter au niveau international des opérations françaises. En Méditerranée, l’insuffisance de mesures scientifiques et officielles ne permet pas pour l’instant de proposer des zones de surveillance. Il est préférable que les acteurs locaux susceptibles de faire les mesures soient déjà impliqués dans une démarche préexistante de comptage assez précis des macrodéchets .

En Hollande et au Royaume-Uni, des surveillances ont été réalisées grâce à des groupes de volontaires faisant partie d’organisations non gouvernementales. 


Mer Terre © 2004-2018 - Agence web : AMBA