Contact Téléphone09 86 78 79 02

MerTerre est créée par Isabelle Poitou en 2000 afin de répondre au besoin identifié au cours de sa thèse, d’un centre spécialisé en France sur les macrodéchets. La thèse est financée à 100 % par une bourse du Conseil régional Provence-Alpes-Côtes d’Azur et menée au sein du Cedre au Centre Ifremer de Toulon/La Seyne. Elle est la suite logique d’un premier DEA en Sciences de la Nature, option biologie marine, et d’un second DEA[1] réalisé à l’Institut d’Aménagement Régional à Aix-en-Provence.

Cette réorientation vers les sciences sociales permet à Isabelle Poitou de comprendre les rouages de la société, productrice des pollutions qu’elle étudie. Cette formation pluridisciplinaire est particulièrement adaptée à l’étude de la pollution par les macrodéchets qui est le fruit de la société de consommation et se trouve à la croisée des sciences sociales et des sciences de la Nature. Les questions juridiques, organisationnelles, financières et psychosociales sont abordées au même titre que la nécessité de créer des outils de caractérisation (quantités, catégories, impacts et origines) de cette pollution.

Identifiant l’émergence d’une pollution majeure à laquelle la France n’avait pas encore donné de réponse globale concertée, Isabelle Poitou fonde l’association MerTerre, pour centraliser les informations relatives à la pollution des milieux aquatiques par les déchets solides et contribuer à sa réduction.

La thèse terminée en décembre 2004, Isabelle Poitou se consacre entièrement à la mise en œuvre des moyens de réduction de la pollution des eaux par les déchets qu’elle a développés au cours de ses recherches. Un site Internet et des documents pédagogiques sont réalisés. Les macrodéchets s’avèrent être un formidable outil pédagogique car ils engendrent finalement l’une des rares pollutions qui soit directement perceptible et dont on peut tracer l’histoire et le parcours. Chaque maillon de son existence peut être abordé et on peut ainsi faire prendre conscience et concrétiser des notions difficiles à appréhender comme celle d’écosystème, de développement durable ou de gestion intégrée des zones côtières. Les macrodéchets s’avèrent être un cas d’école des pollutions.

[1] Poitou I. 1996. La pollution du littoral par les macrodéchets, une dégradation environnementale peu maîtrisée. Etude du Domaine Public Maritime marseillais. Mémoire de DEA. Institut d’Aménagement Régional. Aix-Marseille III. 126p.

IMG_0169

Mer Terre © 2004-2018 - Agence web : AMBA